Scroll Top

Concept

Omega Rabbit - Concept du projet

Dans notre étude, nous analyserons si la supplémentation alimentaire avec du lin et des algues peut augmenter la quantité d’acides gras n-3 dans la viande, produisant un nouvel aliment fonctionnel, la viande de lapin Ω. Le lin sélectionné avec ou sans algues PP sera utilisé en se concentrant sur l’analyse de leurs effets sur la qualité de la viande, ses caractéristiques diététiques, sensorielles et technologiques. En effet, le lin présente une teneur élevée en ALA qui est sensible à l’oxydation et pourrait affecter la durée de conservation, la valeur nutritionnelle, la couleur, les paramètres sensoriels et, par conséquent, l’acceptation du consommateur s’il est utilisé dans des conditions inappropriées (niveau trop élevé, mauvaise qualité, faible niveau d’antioxydants).

Par conséquent, il pourrait être très important de tenir compte de la durée du traitement et du pourcentage de supplémentation en graines de lin pour remédier à cet inconvénient. L’augmentation des concentrations d’AGPI dans la viande confère également des qualités sensorielles spécifiques. La viande de lapin offre la possibilité d’apporter ces acides gras n-3 en quantités significatives, et de couvrir une grande partie des besoins quotidiens de l’homme, à condition que le lapin ait reçu une alimentation riche en n-3. En ce qui concerne l’ALA, la consommation de 100 g de viande de lapin (lapin nourri avec un aliment standard) fournit 14% des apports alimentaires recommandés pour l’homme. Cette considération est très importante compte tenu des lignes directrices de l’OMS. De ce point de vue, la mise sur le marché d’un produit carné enrichi en n-3 pourrait contribuer à l’amélioration de la santé, de la fertilité et à la prévention des maladies chroniques.

L’acceptabilité de la viande de lapin, tant pour les agriculteurs/producteurs/PME que pour les consommateurs, est due non seulement à ses propriétés nutritionnelles et diététiques, mais aussi aux aspects de sécurité alimentaire et à différents facteurs technologiques tels que les conditions de stockage et les méthodes d’emballage. Un autre aspect important mis en évidence dans la littérature concernant la qualité de la viande de lapin est la relation entre (i) le régime alimentaire ou l’intégration de l’alimentation avec des compléments, (ii) le contrôle de la croissance microbienne et (iii) le développement de l’oxydation des lipides (rancidité) pendant le stockage. Il existe à ce jour de nombreuses options d’emballage pour la conservation de la viande en général, qui permettent de contrôler la croissance de la microflore et d’allonger la durée de conservation du produit alimentaire. Les solutions les plus répandues sont l’atmosphère modifiée (AM), qui limite le développement microbien, et l’emballage sous vide (EV), qui inhibe le développement des micro-organismes aérobies de détérioration, maintient intacte la qualité organoleptique et préserve la coloration de la viande, étant donné qu’une faible concentration d’O2 ralentit le processus d’oxydation. Un autre aspect important de l’emballage, qui a un impact majeur sur le consommateur et compromet les aspects sanitaires et hygiéniques, est la présence d’exsudats ou de gouttes provenant de la viande, qui peuvent s’accumuler dans l’emballage.C’est pourquoi les tampons absorbants (PA) jouent un rôle important dans les stratégies d’emballage modernes en absorbant l’humidité et les liquides exsudés, également parce que la présence de liquides exsudés collectés dans les PA peut créer des odeurs indésirables et favoriser les processus de détérioration qui compromettent la sécurité alimentaire de la viande. Par conséquent, l’étude de nouveaux tampons adsorbants innovants capables de réduire la croissance bactérienne représente une nouvelle frontière pour la réduction des risques sanitaires associés au stockage et à l’emballage des aliments. Enfin, étant donné la part de marché limitée de la viande de lapin par rapport aux espèces de viande courantes, il n’y a pas beaucoup d’études qui se concentrent sur l’effet des différentes techniques d’emballage et des tampons absorbants sur la qualité de la viande de lapin. Par conséquent, cette étude sera en mesure de valider l’efficacité du tampon absorbant innovant « bacterial catcher » afin de définir un modèle correct d’évaluation de la durée de conservation (dans différentes conditions de stockage) de la viande de lapin, avec la possibilité conséquente d’augmenter le marché local et l’exportation des produits à base de viande de lapin Ω (secteur économique pas très développé dans plusieurs pays). Une autre alternative pour promouvoir la consommation de la viande de lapin Ω, explorée dans le projet, est le produit conservé en conserve comme le « paté ». Actuellement, dans le sud de la Méditerranée, la production de viande de lapin ne répond pas aux besoins des pays et il n’existe pas de race de lapin animée par l’idée de produire un aliment fonctionnel « viande de lapin » avec un contenu élevé en n-3 et un rapport n-6/n-3 favorable pour relancer un secteur qui connaît une crise économique profonde.

Par conséquent, la création d’un consortium ΩRABBIT qui produit spécifiquement de la viande de lapin Ω peut contribuer à améliorer la race du lapin dans des régions spécifiques des pays partenaires. En conséquence, la consommation de cette viande pourrait être augmentée avec des effets bénéfiques pour la santé humaine, l’opportunité d’emploi, le gain mensuel avec des effets économiques non seulement pour tous les acteurs de la chaîne alimentaire mais aussi pour d’autres producteurs alimentaires locaux. En accord avec le sujet, le projet vise à améliorer la production de viande de lapin Ω, riche en n-3, en utilisant une approche multi-acteurs, de l’agriculteur au consommateur final, ainsi que par la collaboration entre les acteurs de la même chaîne ou d’autres chaînes connectées. En outre, le projet visait à augmenter la fertilité des lapins et à réduire l’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage des lapins, conformément aux recommandations de l’UE pour contrer l’apparition de la résistance aux antibiotiques.